Les ressentis comme outil de supervision et le colloque d’Oxford-Brookes


Bonjour,

Le du 6ième colloque international de superviseurs de coachs a eu lieu à l’Université Oxford-Brookes les 9 et 10 mai. Il a rassemblé plus de 120 superviseurs de 10 nationalités différentes. C’est la plus importante réunion de superviseurs de coachs en Europe

La première journée était un Master Class animé par Robin Shohet, l’auteur de nombreux livres, dont celui avec Peter Hawkins. Le thème pouvait se résumer ainsi : “Examinons quelles peurs nous empêchent d’avoir conscience et d’exprimer librement nos ressentis. Ces ressentis « authentiques » sont de l’information à condition de bien les calibrer”

Les psychothérapeutes savent bien que, par exemple, un ennui d’une certaine saveur, reconnaissable par l’expérience, indique qu’il y a de la dépression dans le système. Les éprouvés bien calibrés sont autant d’outils de diagnostic de haute qualité, fiables et immédiats.

Robin utilise cela pour proposer une méthode de supervision collective originale où ces ressentis véritables sont exprimés par les participants pendant l’exposé du demandeur.

C’est redoutablement efficace mais c’est une méthode de supervision pour superviseurs très aguerris.

La deuxième journée du colloque était organisée de façon classique : deux plénières et des sessions parallèles. Ces interventions ont rendu compte des évolutions de l’activité de coaching et des répercutions sur celle de superviseur, en particulier :

  • Forte croissance du coaching interne qui modifie un peu les modèles de la supervision.
  • Mouvement vers beaucoup plus de « systémie » en supervision (quoique pas encore assez à mon goût)
  • Manque patent de recherches académiques sur la supervision
  • Perfectionnement significatif des techniques de supervision.

Ma propre intervention portait sur l’organisation de la supervision dans les organisations ayant une « Culture Coaching forte » (voir à ce sujet les travaux de HCI/ICF montrant la corrélation entre « Culture Coaching forte » et engagement et résultats financiers, mon mail du 4 décembre 2015). Ce sont des organisations où les objectifs des coachings (effectués par les coachs internes ou externes) sont fortement en support des objectifs stratégiques de ladite organisation. La session a été très animée et riche en retours montrant l’acuité de la question. Je vais donc la poursuivre en tenant compte des apports de la salle.

Un grand moment a été la session interactive de David Clutterbuck visant à identifier les besoins des superviseurs et à bâtir le squelette d’un plan d’action pour satisfaire ces besoins. Une quarantaine de superviseurs ont brassé du post-it et de la gommette pour faire émerger une trentaine de propositions.

Malgré des apports très enrichissants, comme à chaque fois, l’impression générale en sortant de ce colloque était que ce sont toujours les mêmes personnes qui sont là et qu’il est temps de secouer un peu le modèle de supervision « à l’anglaise » qui est diffusé à travers le monde. Il est fort possible que ma participation aux évènements organisés par les superviseurs d’Outre-Rhin (ANSE) en 2015 m’ait ouvert les yeux sur l’existence d’autres modèles tout aussi intéressants et efficaces et que cela me rende plus exigeant.

Participer aux colloques internationaux sur la supervision est une formidable opportunité qui permet de faire le plein d’idées et donc d’en faire bénéficier les superviseurs que nous formons. UNDICI remercie donc les organisateurs de ces évènements pour leur engagement et leur opiniâtreté à faire partager. Nous nous efforçons de transmettre cette flamme dans nos formations.

Bonne journée à tous,


mm

A propos de Michel Moral

Michel Moral a été dirigeant au sein d’entités internationales chez IBM. Il a vécu plusieurs années aux USA, en Allemagne et en Autriche. Ingénieur de formation (Centrale Paris) il est aussi docteur en Psychologie. Il est passionné par la question de l’efficacité d’une équipe dirigeante et par celle de l’intelligence collective. Enseignant à Paris VIII, à l’Université de Cergy-Pontoise et au CRC d’HEC, il coache des dirigeants, des équipes dirigeantes et supervise des coachs et peut intervenir en Français et en Anglais.