La supervision des superviseurs de coachs


Bonjour,

La supervision des superviseurs de coachs risque de devenir un sujet important dans les années à venir.

Me direz-vous : « Pourquoi se préoccuper de cette question alors que la supervision des coachs n’est pas encore bien établie sur le marché ? », et puis :  « Jusqu’où va-t-on aller, y aura-t-il une supervision des superviseurs de superviseurs ? »

En fait, le marché du coaching, du mentoring et de la supervision évolue si rapidement que nous avons du mal à avoir une idée de son futur. Toutefois, nous pouvons observer une progression particulièrement forte dans :

– Les outils, modèles et théories dont le nombre explose.

– Les coachs internes dont le nombre est sur le point de dépasser celui des coachs externes dans certains pays.

– Enfin, l’arrivée de superviseurs internes : Dans notre formation nous en avons de plus en plus depuis 2015.

Or, la petite étude que nous avons menée à l’EMCC France sur 22 organisations et qui a été publiée dans Coaching Perspectives montre que tout n’est pas si simple pour un superviseur interne (voir page 48) : http://edition.pagesuite-professional.co.uk/html5/reader/production/default.aspx?pubname=&edid=401aaa43-1942-4927-a561-c7062c18bb89 ) :

Ainsi par exemple :

– Qui est le client : le supervisé, le client, le sponsor, l’organisation ? Question qui se pose en cascade au superviseur et au supervisé et qui se posera au superviseur de superviseur…

– Comment progresse le processus parallèle (reflet systémique) ? On sait qu’il se manifeste fortement au sein de l’équipe des coachs internes. Mais qu’en est-il entre ces derniers et le superviseur ? Dans une étude menée par Harriet Attwood et Rebecca Peirce il est suggéré qu’il est encore amplifié.

– Que se passe-t-il quand le sponsor du coaché est ou n’est pas le même que celui du coach dans sa supervision ? Quels problèmes cela pose-t-il dans chaque cas ?

Ces questions amènent à penser que le superviseur interne a grand besoin lui aussi de supervision.

A noter que tout ceci a déjà été étudié en détail par l’ANSE dans les pays à l’Est du Rhin depuis deux décennies. Malheureusement les publications (2 livres et 60 articles) sont en Allemand et ces réflexions portent sur la supervision des superviseurs de tous les métiers de l’accompagnement et pas seulement sur les seuls superviseurs de coachs.

De notre côté du Rhin les réflexions commencent tout juste et le Global Supervisors Network (réseau mondial de superviseurs) a lancé une enquête mondiale qui clôturera fin octobre. Nous aurons donc quelques éléments factuels.

En dernier lieu, il reste la question de l’identité de superviseur dont il était question dans un précédent article. Comme le superviseur pour le coach, le superviseur du superviseur a un rôle clef dans la construction de l’identité professionnelle de la personne supervisée, surtout si le superviseur est interne, tiraillé entre plusieurs identités.

Tout ceci est très nouveau et mérite réflexion. Nous nous y attelons avec nos collègues internationaux et publierons au fur et à mesure.

Belle semaine


mm

A propos de Michel Moral

Michel Moral a été dirigeant au sein d’entités internationales chez IBM. Il a vécu plusieurs années aux USA, en Allemagne et en Autriche. Ingénieur de formation (Centrale Paris) il est aussi docteur en Psychologie. Il est passionné par la question de l’efficacité d’une équipe dirigeante et par celle de l’intelligence collective. Enseignant à Paris VIII, à l’Université de Cergy-Pontoise et au CRC d’HEC, il coache des dirigeants, des équipes dirigeantes et supervise des coachs et peut intervenir en Français et en Anglais.