Conférence de Peter Hawkins sur le futur de la supervision


Bonjour,

Peter Hawkins a donné cette semaine une conférence sur l’avenir du coaching et de la supervision dans les 10 ans à venir. N’y participaient que des superviseurs confirmés de Grande Bretagne, des USA, du Canada, de l’Australie et de l’Europe continentale.

Peter fait partie de ceux qui « pensent le coaching et la supervision » et font évoluer ces deux disciplines par leurs idées et leurs visions. Il est connu et apprécié dans le monde entier, surtout dans le monde de la supervision.

Lors de cette conférence, très enlevée comme toujours, il a fait une synthèse de ses recherches puis a décrit sa vision.

Celle-ci prend en compte les changements bien connus dans le monde qui vont beaucoup plus vite que ceux survenant dans le microcosme du coaching. Une première conclusion est donc qu’il est impératif d’accélérer la construction de modèles de coaching et de supervision adaptés aux besoins d’un monde engagé dans une mutation sans précédent.

Pour cela Peter préconise plusieurs directions dont certaines ont plus particulièrement retenu mon attention :

– Tout d’abord considérer le coaching (le mentoring) et la supervision comme un tout indissociable et cohérent. Peter recommande que dans toute formation de coaching figurent deux ou trois jours de formation à la supervision.
– En second lieu aller résolument vers le coaching systémique et la supervision systémique. Par systémique, il entend des méthodes et processus qui prennent en compte tous les acteurs du système et les effets des uns sur les autres. Ceci signifie plus de coaching d’équipe, de coaching d’organisation et d’autres formes de coaching collectif incluant le plus possible d’acteurs du système. Cela signifie aussi aller de l’EQ « emotional quotient » au « We Q ».
A noter que Les Anglo-Saxons, du fait de leur culture, ne privilégient pas la notion de « Nous » en systémie et lui préfèrent celle de densité du tissu des interactions. Peter parle donc de s’intéresser beaucoup plus au réseau relationnel. Nous savons que cela revient au même.
– Bien sûr les progrès galopants du digital et de l’intelligence artificielle auront des impacts qu’il importe d’anticiper. Peter citait les progrès réalisés par des robots dans les laboratoires de recherche des universités américaines en termes d’empathie, d’écoute active et de questionnement puissant. L’implantation de la « Coaching Culture forte » passera par la prise en charge d’une partie du coaching par une machine. Ne souriez pas : cela existe déjà…

La demande croissante de nos clients pour le coaching des valeurs et de la culture d’entreprise correspond à la même logique : le coaching individuel commence à être vu comme du développement personnel pour privilégiés qui favorise un individualisme destructeur de valeur. L’avenir est dans une forte interdépendance.

Dans ce contexte la supervision a un rôle clef. Pourtant les acheteurs de coaching n’en ont pas conscience et la recherche est insuffisante pour qualifier clairement son impact sur les résultats du coaching. Les fédérations de coachs et/ou de superviseur ont là une mission essentielle à remplir.

Cette conférence s’est terminée par de nombreuses questions et commentaires animés de la part des participants.

Bon week-end

Michel Moral
Coach (EIA Master), superviseur (ESIA) et formateur de superviseurs (ESQA).
Formateur CTT 1&2 (Cultural Transformation Tools)


mm

A propos de Michel Moral

Michel Moral a été dirigeant au sein d’entités internationales chez IBM. Il a vécu plusieurs années aux USA, en Allemagne et en Autriche. Ingénieur de formation (Centrale Paris) il est aussi docteur en Psychologie. Il est passionné par la question de l’efficacité d’une équipe dirigeante et par celle de l’intelligence collective. Enseignant à Paris VIII, à l’Université de Cergy-Pontoise et au CRC d’HEC, il coache des dirigeants, des équipes dirigeantes et supervise des coachs et peut intervenir en Français et en Anglais.